Accueil·Reportages - 2019

Wine and Sea à Bordeaux du 19 au 22 Avril 2019

Le PWC part pour son weekend pascal voir nos amis Bordelais pour la 3ème année consécutive.

23 motos, 37 participants dont 3 ladies : Armelle, Nicole et Virginie : la recherche des œufs de Pâques fédère ?

Vendredi 6h30 : rendez-vous à Chambourcy tous prêts pour cette chasse à l’œuf…

Départ à 7h aucun retardataire. Autoroute, petit déjeuner ouf il fait beau mais froid. 1er couac : Thierry T a un problème sur sa moto : elle broute (ce n’est pas le jour de la recherche des œufs pourtant) plus de frein avant, elle vrille de l’avant gloups. Il part devant le convoi, il est prévu qu’on le rattrape pour le déjeuner, je monte derrière Bidou (pour info attention je teste vos motos les garçons.. après la Normandie derrière Eric M…) on repart. Puis 2nd couac : c’est Armelle qui a un voyant qui s’allume.

Le convoi s’arrête : problème électronique réglé par téléphone avec notre concession : on repart ouf… mais Thierry T alléché par la chasse aux œufs a avancé bien plus que prévu, au diable le rattrapage… On s’arrête pour déjeuner, on l’appelle : il est à la station d’après avec 3 bikers de Jersey. Patrick P, qui la veille a cassé le ressort de sa béquille, décide de les rejoindre pour se rendre au plus tôt à la concession.

On déjeune sous le soleil et là Didier L demande à sa femme Sandra de sortir le parasol. Interloquée je les regarde et non c’était une blague mais sait-on jamais ?

Arrivés à la concession, moto réparée pour Patrick, moto en cours de réparation pour Thierry T. Des boissons fraiches et les œufs (non toujours pas) des cannelés nous attendent. Quelques achats pour certains et départ pour Le Slow village à Biscarosse. Joli village de vacances : on traverse la route c’est la plage et le lac. Chacun prend possession de son chalet-mobil home. Apéritif à 19h30, retrouvailles avec les autres chapters, on dine et un DJ met l’ambiance à l’extérieur. Un « Jean petit » (mené par Tophe) et un peu plus tard au lit demain rendez-vous à 8h45….

Samedi : on part côté Sea – difficile de trouver des œufs dans le sable non ?

10h après avoir longé le bassin d’Arcachon nous voici au port de La Hume, aux « Richesses d’Arguin » pour déguster des huitres mais pas que. Des bulots, des bigorneaux et des crevettes et une chipolata (et du vin blanc… avec modération ! Il faut préciser que les Bordelais ne prévoient pas d’alcool dans leurs déjeuners lors de leurs sorties, mais ils prévoient le vin blanc à 10h du mat 😊 !)… que du bonheur cela dans la bonne humeur et sous un soleil qui commence à réchauffer tout le monde. Et les œufs en chocolat ?? Départ et là « on n’attend pas Patrick ? » on arrive au Camping « les Flots Bleus » quelques photos prises de Patrick en Herbe, 2 heures de calme pour déjeuner et pour les plus courageux grimper en haut de la Dune de Pyla. Allez,  on se lance pour quelques-uns (moi je crois qu’ils ont planqué les œufs en haut ? donc j’y vais..) arrivés, essoufflés, en haut que du bonheur c’est magique et beau.  Pendant ce temps certains font la sieste. La température monte. Toujours pas d’œufs en chocolat ?

15h rendez-vous pour visiter le Musée de l’Hydraviation à Biscarosse.

Alors 3 guides sont mis à  notre disposition

Un pour l’histoire :

Biscarrosse, village de résiniers que rien ne désignait pour un destin aéronautique, fut choisi par Pierre-Georges Latécoère pour devenir le lieu de montage et d’essais des plus grands hydravions français. C’était en 1930 ; le lac de Biscarrosse vit ainsi partir plus de 120 hydravions gigantesques.

On les appelait les “paquebots des airs”, à destination de New-York ou Fort de France. Aux commandes de ces prestigieux appareils, des aviateurs comme Mermoz, Guillaumet ou Saint-Exupéry ont marqué de leur empreinte l’histoire de l’aéronautique.

Aujourd’hui les hydravions sont encore nombreux à assurer des missions particulières telles que la lutte contre les incendies, la surveillance des côtes et le secours en mer, le transport de personnel et l’exploration dans les zones jugées inaccessibles. Et devant l’augmentation du trafic aérien aujourd’hui, certains constructeurs envisagent le retour d’hydravion comme porteur de fret et même de véhicule de loisirs.

Un pour la partie musée

Un film est projeté et cette partie du musée rassemble des archives, documents photographiques, cartes anciennes, autographes, éditions originales, tenues de vol, décorations, uniformes, livres de bord, carnets de vol, souvenirs personnels de célèbres pilotes, pièces détachées, moteurs, hélices, maquettes d’hydravions dont certaines fort anciennes, décorations intérieures, tableaux originaux et reproductions, affiches, documents publicitaires de l’époque…

Un pour la partie technique :

La 3ème partie est un hall de 480 m2 des hydravions de 1912 aux années quatre-vingt, restaurés ou en cours de restauration, sont exposés

Un peu de méa culpa : il fait chaud et on a roulé hier et on a dansé hier soir et on a cherché les œufs en chocolat… donc avec toute la bonne volonté de Monique (ou Dominique ?) notre guide, stressée par cette première pour elle, on s’allonge dans l’herbe enfin sur les chardons et nous ne sommes pas tous (moi la première) pas très attentifs.

Et pendant ce temps Didier L et Sandra s’aperçoivent qu’ils ont perdu leurs cartes bleues.. en amoureux et en cœur.. les deux cartes dans la même pochette ? Un safety de Bordeaux les ramène aux Flots Bleus : que nenni et toujours pas d’œufs en chocolat.  En faisant opposition les cartes réapparaissent dans le blouson de Didier L. rangement pour eux improbable ? Comme le parasol non ??

Allez, retour à nos villégiatures du weekend : la douche est la bienvenue après cette journée ensoleillée. Apéritif, discours des présidents des Chapters, merci encore au concessionnaire (le PWC est un client actif…) et repas avec un groupe qui met l’ambiance. Dodo tôt pour certains, d’autres feront la fermeture dont Tophe et Thierry T qui rentreront à pas d’heure (pas de souvenir) mais le ventre de Tophe comporte une adresse au stylo … est-ce l’énigme pour les œufs ? Non toujours pas ? Il s’agit de l’adresse d’un breton en kilt 😊 !

Dimanche : on part côté Wine – le temps est gris –

Visite du château de Rouillac : là on a été exemplaire, sages, attentifs, intéressés avec des questions appropriées. Bon Didier L pose la question sur le Doliprane pour le soin des vignes mais dans l’ensemble nous sommes très sages.  Accueil extraordinaire avec 3 jolies guides, le maitre de chais : Sophie, le coté histoire du domaine avec Clio et la découverte des écuries par une des filles du propriétaire : la famille Cisneros. Ce château a appartenu au Baron Haussmann en 1864. En 2009 Laurent Cisneros redonne ses lettres de noblesse à cette belle propriété de 36 Hectares. Il obtient en 2013 la Certification Haute Environnement en supprimant les herbicides chimiques et le retour au labour effectué en grande partie par un cheval de trait (Titan : 1,1 tonne !).

La visite des écuries (deuxième passion du propriétaire) qui accueillent des chevaux de sport. Au PWC nous n’avons pas l’homme qui parlait aux chevaux mais l’homme qui fait rire les chevaux en la personne de Bidou (voir photo).

On déguste, Didier D cette fois ci déguste du blanc pendant que tous avons du rosé (il incrimine ses lunettes de soleil…), on commande, et en route pour le déjeuner qui sera pris au Restaurant les Ailes à l’Aérodrome de Saucats. Excellents repas et accueil. On repart pour quelques photos de châteaux, un arrêt au château Smith Haut Lafitte où les filles effectuent quelques emplettes en soin Caudalie. Et les œufs en chocolat alors ?

Retour au Slow Village. Alors que Virginie a quelques difficultés avec la montée vers le parking pleine de gravier elle nous émet le cri célèbre de la mouette pour que l’on vienne à son aide : chose faite. Thierry T bascule et les filles du chapter (il n’est pas peu fier) lui viennent aussi en aide. On se prépare pour la dernière soirée. ROD dédicace le numéro 2 de sa BD avec beaucoup de succès auprès de nos Bikers puis apéritif, diner et dance floor… Jacques K et Martine nous rejoignent pour une soirée pleine d’émotions.

Un grand merci à tous : vous membres du PWC pour votre bonne humeur et participation, vous les Bordelais pour votre accueil, votre bonne humeur et votre organisation sans faille.

Lundi de Pâques : on repart rejoindre nos maisons – autoroute sous un ciel menaçant mais sans pluie on se sépare sous les embrassades et retour dans nos maisons vers 18h

Au fait qui a piqué les œufs en chocolat ?